English Polski Español

ORA - La Malocclusion et le Stress

Occlusion / Malocclusion
La position physiologique de la mandibule est la position de repos. La position de repos c’est quand la bouche est fermée et les dents de l’arc dentaire ne se touchent pas. Or cette position étant instable, elle se traduit souvent par une malocclusion, les tensions musculaires s’installent.
La perturbation des rapports entre les arcades dentaires se manifeste dans les trois dimensions spatiales : sagittale, verticale, transversale. Les influx nerveux sensitifs envoyés vers le cerveau sont perturbés par des contractions désordonnées des muscles manducateurs. Ils le sont également par toutes contraintes excessives exercées sur une dent ou un groupes de dents. Les perturbations du système nerveux sensitif se retrouvent au niveau du système nerveux moteur, ce qui explique que les contractions musculaires soient mal synchronisées et la position de repos perdue.
Une hyperactivité chronique des muscles masticateurs s’installe.
Le test « crayon » permet de montrer que l’interruption des contacts dentaires entres les dents du haut et du bas permet de stopper ces réflexes perturbateurs.

Agir sur la malocclusion avec ORA
ORA agit sur les trois plans. La position de repos de la mandibule est retrouvée dans le contexte de la correction de l’ensemble de l’appareil locomoteur.
Une vérification occlusale chez un spécialiste s’impose, afin que la position physiologique dite de repos perdure après l’utilisation de ORA.
L’utilisation de ORA est ensuite conseillée en prévention.

Définition du « stress »
Le mot « stress » ne fut francisé qu’en 1946. Il est d’origine anglaise et désigne la réponse de l’organisme à l’agent stressant appelé, lui, stressor.
En réponse à n’importe quel type d’agression (physique, chimique ou psychique), l’organisme réagit de deux façons simultanées :
- une réaction spécifique ; par exemple, je retire ma main du feu lorsque je me brûle,
- une réaction non spécifique ou « triade symptomatique de Selye » faisant intervenir des modifications physiologiques et morphologiques, toujours identiques, dans l’ensemble de l‘organisme.

Conséquences du stress
Ces réactions, appelées syndrome général d’adaptation et syndrome locale d’adaptation représentent les modalités selon lesquelles l’organisme « s’adapte » au stress.
Les adaptations, dans un premier temps, sont supportées mais dans le temps elles creusent nos ressources. Le syndrome général d’adaptation se traduit chez l’homme par des manifestation au niveau de tous les systèmes : système circulatoire, système respiratoire, appareil sexuel, etc.

Réalisation : Cendres - Illusions